Entete des pages du site Anciens
Menu Spry pour les pages du site Anciens

Découverte des cœurs de Sébastien de Rosmadec et de Françoise de Montmorency

(Indépendant Dinannais du 27 juin I901)

 

Les travaux nécessités dans les fondations par la construction de la chapelle neuve laissaient espérer d'intéressantes découvertes.
La vieille église, heureuse de se sentir revivre, dévoilerait quelques-uns de ses secrets.
L'attente n'a pas été trompée. On a, en effet, mis à jour bon nombre de sépultures fort bien conservées.
La pelle de l'ouvrier a fait raisonner un Corps qu'elle vient de frapper. Qu'a-t-elle ainsi heurté ? C'est dans une sorte de petite excavation remplie de terre. La terre enlevée laisse voir un cœur en plomb, en excellent état, sauf un léger endommagement résultant du coup porté. Puis, quelques centimètres au-dessous,on découvre un second cœur plus petit, également en plomb.
Le couvercle du petit portait l'inscription suivante :

DAME FRANÇOISE
DE MONTMORENCY
1599

L'autre, plus intéressant et mieux conservé, avait à la première face :

SEBASTIEN MAR
QUIS DE ROSMADEC
BARON DE MOLAC
GOUVERNEUR DES
VILLES DE Dinan
DE QUI mper
DECEDE à Di
nan 1652
AGE DE 56 ANS

et sur l'autre côté :

SEBASTIEN MARQUIS
DE ROSMADEC ET MOULIAC
GOUVERNEUR DE DINAN
1652
A L'AGE DE 56 ANS
PRIEZ DIEU...
POUR SON AME.

Devant le docteur Tostivint, médecin attaché à l’Ecole, le commandant de la Bigne, archéologue distingué, M. de Brimont, lieutenant au 13° hussards et dont la famille descend des Rosmadec, on a procédé à l'ouverture de ces châsses de plomb, en forme de cœur. Le cœur de Françoise de Montmorency n'était qu'incomplètement conservé. Au contraire, le cœur de Sébastien de Rosmadec était parfaitement intact et dans un merveilleux état de conservation et de coloration. Il était enveloppé dans une feuille de missel, puis dans du chanvre et enfin dans un parchemin.
Qu'était-ce donc que ce marquis de Rosmadec et cette Françoise de Montmorency dont les cœurs avaient été ainsi déposés dans la chapelle des Cordeliers ?

Françoise de Montmorency est la mère de Sébastien. Le fils aura voulu que son œcœur reposât près de celui de sa mère, dans cette chapelle des Fransciscains chère à l'un et à l'autre.
Le décès de Françoise de Montmorency est ainsi noté au Nécrologe des Cordeliers : « Ultimo Januarii, ob. nobilis Francisca de Montmorency, uxor nobilis domini Sebastiani march. de Rosmadec »(1).
Quant à Sébastien, s'il fut moins illustre que son père, lequel allait être nommé maréchal de France sans la mort inopinée de Henri IV, «étant, disait le roi, l'un des plus valeureux hommes de ses armées », il eut, lui aussi, •une notoriété bien méritée. « C'était, nous raconte La Colombière, l'un des plus beaux et heureux gendarmes de son temps. » Nous le voyons présider les Etats à Rennes, en 1621, accompagner le roi Louis XIII « au voyage qu'il fit dans le Bas-Poitou contre M. de Soubise et ensuite au siège de Royan », puis s'emparer de Blavet contre Soubise, suivre le roi à son •voyage de Bretagne en 1626, être le premier député de la noblesse aux Etats de Nantes de la même année, obtenir en 1634 le gouvernement de Quimper et en 1643 celui de Dinan.
La date de sa mort était restée inconnue. La découverte faite de son cœur permet de la fixer à 1652.
La vieille église n'est donc pas tout à fait morte. L'exhumation de ses reliques et le réveil de ses souvenirs la font renaître, et il semblera qu'elle prolonge son existence par la construction de la nouvelle chapelle des Cordeliers.

(1) Bibliothèque Nationale, collection des Blancs-Manteaux, XLI, p. 493.

Annuaire pour l'année 1902, p. 43 à 47.